La Belgique réaffirme ses lignes rouges à la taxe Tobin

Alexander De Croo aurait indiqué vouloir étudier l’interaction entre la TTF et la taxe boursière, puisque la Belgique devra s’assurer que les échanges d’actions ne soient pas taxés deux fois.
Alexander De Croo aurait indiqué vouloir étudier l’interaction entre la TTF et la taxe boursière, puisque la Belgique devra s’assurer que les échanges d’actions ne soient pas taxés deux fois. - Belga.

Les 10 pays européens qui participent aux négociations sur une taxe sur les transactions financières ont réduit leur ambition. La taxe proposée en plein pendant la crise, et destinée à punir la « mauvaise finance », s’est muée en une simple taxe sur les échanges d’actions, avec des recettes espérées divisées par 10. Mais malgré cela, la Belgique a encore des oppositions. Elle a tenu à les affirmer à nouveau vendredi. Pendant une réunion avec tous les Etats de l’UE, destinée à tenir les « out » informés des progrès des discussions, la Belgique est le seul pays participant à avoir pris la parole. Et a réitéré une demande indispensable à son feu vert : exempter les fonds de pension. C’est un point de l’accord du gouvernement sortant. Dans les milieux européens, on s’interrogeait donc sur la position qu’allaient tenir les négociateurs belges, pendant la transition vers un nouveau gouvernement. Et la position du nouveau gouvernement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct