Le PTB cite l’exemple de la privatisation de Nethys pour justifier la rupture avec le PS

Peter Mertens
Peter Mertens - Photo News

Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une « politique de rupture » pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme.

Mais à les entendre, les partis traditionnels n’ont toujours pas entendu le message de l’électeur le 26 mai dernier. Demandeur d’un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d’euros, le PTB fustige notamment l’opération de privatisation des actifs de Nethys. « C’est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C’est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon », a indiqué le président Peter Mertens.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct