Bret Easton Ellis au «Soir»: «Les gens ont surréagi à l’élection de Trump»

L’auteur californien de 55
ans publie son premier livre depuis 2010. «
Ce n’est pas une fiction, c’est moins risqué
», dit-il.
L’auteur californien de 55 ans publie son premier livre depuis 2010. « Ce n’est pas une fiction, c’est moins risqué », dit-il. - Hatim Kaghat.

A trop incarner une époque, on court le risque de disparaître avec elle. Bret Easton Ellis, l’auteur-culte d’American Psycho, le roman des années fric & poudre, sorti en 1992, a évité le piège. A 55 ans, l’écrivain californien demeure un contemporain capital, pleinement dans l’ère numérique mais cinglant comme un enfant de la « génération X » vis-à-vis de la victimisation ambiante ou de la tyrannie des réseaux sociaux.

Nous l’avons rencontré ce dimanche, à Bruxelles, où il était invité par Passa Porta pour parler de White (Robert Laffont), un recueil d’essais au relent d’illégitimité intempestive, qui lui a valu de se faire taxer de « réactionnaire » – tarif habituel lorsqu’on pense autrement que l’on ne pense en général aujourd’hui…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct