Benjamin Attahir «à la recherche de l’objet parfait»

« L’improvisation demeure première dans mon geste musical. Mon violon est toujours à côté de moi lorsque j’écris. »
« L’improvisation demeure première dans mon geste musical. Mon violon est toujours à côté de moi lorsque j’écris. » - DR

Soutenu par Boulez et Barenboim, auteur de déjà deux opéras et d’une multitude d’œuvres concertantes et de nombreuses pages de musique de chambre, Benjamin Attahir est, à 30 ans, un des compositeurs les plus recherchés de la nouvelle génération.

Il dirigera le 25 septembre prochain au KVS, une commande de la Monnaie avec le soutien d’Enoa (le réseau européen des académies d’opéra) : trois courts opéras écrits d’après des pièces pour marionnettes de Maeterlinck. Nous l’avons rencontré au festival de Pâques d’Aix-en-Provence dont il était le compositeur invité.

On est d’emblée frappé par le caractère multiple de votre personnalité.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct