«Climat: la solution ne viendra que du génie humain»

«Climat: la solution ne viendra que du génie humain»
Belga.

Devant la perception du réchauffement climatique la plupart des commentaires, y compris scientifiques, attribuent en majeure partie ce phénomène à l’accroissement de la présence du CO2 dans l’atmosphère. Cet accroissement serait, en grande partie, dû à l’homme, c’est ce qu’on appelle l’origine « anthropique » de la production de CO2.

Il faut savoir que la nature est un grand producteur de CO2 (20 fois la production anthropique) il semble, cependant, qu’elle neutralise sa production en l’absorbant.

Développement de l’inquiétude

La production par l’homme est pour 2018 estimée à plus de 38 milliards de tonnes dont 33 pour la production d’énergie.

La Chine à elle seule produit plus de 9 milliards, les États-Unis 5,5, l’Inde 2,5, la Russie 1,5… quand pour notre pays la production est estimée à 0,11 milliard. La Chine construit une centrale thermique par semaine de 500 mégawatts c’est-à-dire l’équivalent d’une demi-centrale nucléaire.

Devant ce qui est considéré comme les premiers effets de cette production croissante de CO2 et du réchauffement climatique qui en serait la conséquence nous assistons d’année en année au développement de l’inquiétude dans la population, dans les médias et dans le corps électoral.

Confusion

Or, très curieusement on ne voit pas apparaître de vraies solutions. Ni dans les médias, ni dans les milieux politiques, ni dans les positions d’observateurs bien informés des propositions convaincantes ne sont présentées. Il faut dire qu’il y a pas mal de confusion entre le climat et la pollution.

Les solutions proposées sont marginales, parfois dérisoires longues à mettre en œuvre et surtout locales.

Or, les chiffres le montrent, seules des mesures mondiales auront un effet significatif. Certes les mesures prises en Belgique peuvent avoir un effet d’exemple, d’entraînement. Cependant, on le voit vite, même si par une vue de l’esprit, nous ne produisions dans notre pays plus un gramme de CO2, l’effet mondial serait négligeable.

La solution dans l’innovation

De plus, même au niveau de notre pays, les mesures prises ou envisagées auront un effet marginal et lent à se mettre en place.

Devant cette constatation que faire ?

La solution pour l’humanité viendra du génie humain, c’est-à-dire de la recherche. C’est l’innovation, comme toujours, qui apportera les solutions.

Or, nous avons la chance dans notre pays, d’avoir dans nos universités des chercheurs de niveau international.

Déjà certains se concentrent sur des recherches de solutions, au nord comme au sud. Le moment est venu pour que nos autorités nationales et régionales décident de privilégier l’octroi aux chercheurs dans nos universités de moyens financiers additionnels importants pour financer la recherche de solutions. Cela donnera l’espoir de renverser l’évolution dangereuse que nous subissons.

La Belgique, centre du monde innovant

L’octroi de moyens financiers importants à nos universités pour être suffisamment significatif, devrait être de l’ordre de 200 millions d’euros par an pour notre pays. Idéalement cela devrait passer par le FNRS, qui a déjà proposé une structure, et son équivalent flamand, le FWO. Ces institutions pour lesquelles le seul but est la science s’appuieront sur des experts spécifiques pour choisir et suivre les programmes de recherche.

Cela permettra d’augmenter sensiblement le nombre de chercheurs, de financer la venue d’experts internationaux, de faire des expériences en usines pilotes. En deux mots de devenir un centre international de compétence dans le domaine et de participer au progrès scientifique indispensable à toute solution.

Le moment est venu pour la Belgique de prendre cette initiative et de participer au développement des solutions fondamentales indispensables en espérant que d’autres pays suivront cette voie. Il faut avoir confiance dans le génie humain.

Ce serait une réponse collective rarement proposée. C’est aussi une opportunité qui se présente.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    7,5€/mois
    pendant 6 mois
    J'en profite
    Déjà abonné?Je me connecte
    Aussi en Cartes blanches
    • RTX7FL1P

      Carte blanche «Les séquelles de la déspatialisation: trois scénarios pour l’après-télétravail»

    • BELGAIMAGE-164527846

      Carte blanche Nous ne pouvons réussir seuls

    • d-20110605-W77D11

      Carte blanche «L’école dehors, une solution sanitaire et salutaire»