Les trois leçons d’économie que livre la faillite de Thomas Cook

Thomas Cook va procéder à la plus grande opération de rapatriement depuis 1945.
Thomas Cook va procéder à la plus grande opération de rapatriement depuis 1945. - EPA

La plus grande opération de rapatriement depuis 1945 ! La comparaison a de quoi choquer. Elle donne l’ampleur de l’impact de la faillite du tour-opérateur britannique mais sur le fond, il y a peu de parallèle entre la situation des uns à la fin de la Seconde Guerre mondiale et celle de ceux qui doivent désormais ranger précipitamment bikinis, planches de surf et crampons d’escalade pour trouver en panique un ticket retour vers leur domicile. Cela n’enlève rien aux désagréments de leur situation : l’annonce de la faillite de Thomas Cook a de quoi stupéfier la planète des voyageurs, victimes d’une rupture de contrat en plein vol. Mais cette affaire livre surtout trois leçons d’économie.

Première leçon. Les crises qui affectent le monde n’occupent pas que la une des journaux et les cénacles politiques de haut vol : elles impactent le monde réel. Le réchauffement climatique et le Brexit en ce compris la dépréciation de la livre ont ainsi fait très mal à Thomas Cook.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct