Ebola: Médecins sans Frontières dénonce les lenteurs de l’ONU

MSF - Médecins sans Frontières - appelle à un rythme accéléré de vaccination contre le virus Ebola - ici à Goma, en août dernier.
MSF - Médecins sans Frontières - appelle à un rythme accéléré de vaccination contre le virus Ebola - ici à Goma, en août dernier. - Reuters.

Plus d’un an après le début de l’épidémie, Ebola tue toujours dans le Nord-Est de la RD Congo : au 18 septembre, l’OMS - Organisation mondiale de la Santé - avait enregistré 2108 décès sur un total de 3150 cas recensés (soit environ deux sur trois…). Et, si à Goma on n’a pas déploré de nouvelles victimes, en revanche des cas suspects ont été enregistrés dans les environs de Bukavu, au Sud-Kivu. La mobilisation des équipes chargées de la riposte reste intense, mais elle demeure cependant handicapée, à la fois par l’insécurité due aux groupes armés et surtout par le manque de vaccins disponibles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct