Le régime algérien sacrifie quelques têtes

Ex-ministre de la Défense, le général à la retraite Khaled Nezzar a été condamné à 20 ans de prison par contumace mardi. Il s’est exilé cet été, sans doute en Espagne.
Ex-ministre de la Défense, le général à la retraite Khaled Nezzar a été condamné à 20 ans de prison par contumace mardi. Il s’est exilé cet été, sans doute en Espagne. - Ryad KRAMDI/AFP.

La scène se passe en pleine nuit à Blida, à 50 km au sud d’Alger. Le tribunal militaire juge une poignée d’hommes et une femme. Accusation  : « atteinte à l’autorité de l’armée » et « complot contre l’autorité de l’Etat ». Des médias avaient annoncé « le procès du siècle ». Mais seuls quelques proches et les avocats ont pu assister aux débats, qui n’ont duré que deux jours. Le président de la cour énonce la sentence : condamnés à 20 ans de prison, l’ex-général Khaled Nezzar (en exil) et son fils Lotfi ; condamnés à 15 ans, l’ex-général Mohamed Mediene dit « Toufik », le général Athmane Tartag, Saïd Bouteflika, frère et ex-conseiller du président déchu, et enfin Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct