L’exécutif britannique cherche une porte de sortie

Le Premier ministre Boris Johnson s’est présenté mercredi soir devant des députés survoltés, à la Chambre des Communes.
Le Premier ministre Boris Johnson s’est présenté mercredi soir devant des députés survoltés, à la Chambre des Communes. - AFP.

L’agenda était vide ce mercredi… Il s’est rempli d’un coup. La Chambre des Communes, de retour après la décision de la Cour suprême, doit voir défiler quatre ministres devant des députés très remontés. Quatre ministres, sans compter le conseiller juridique du gouvernement. Geoffrey Cox, coléreux, théâtral, relance d’emblée la guerre entre exécutif et parlementaires. Certes, le gouvernement accepte la décision de la cour suprême, admet l’avocat. Mais il attaque les députés : « Ce parlement est un parlement mort, martèle Geoffrey Cox. Il ne devrait plus siéger. Il n’a aucun droit moral de siéger sur ces bancs verts. (…) Ce parlement est une honte. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct