Wallonie: le bien-être animal n’est plus considéré comme un sujet de second ordre

Selon un sondage réalisé par Gaia, huit Wallons sur dix se disent d’accord avec l’interdiction de la vente des chiens et des chats en magasin.
Selon un sondage réalisé par Gaia, huit Wallons sur dix se disent d’accord avec l’interdiction de la vente des chiens et des chats en magasin. - Pierre-Yves Thienpont.

Le gouvernement wallon précédent, avec le ministre Carlo Di Antonio (CDH), a fait de l’excellent travail en matière de bien-être animal, tandis que le parlement wallon a fait montre de son savoir-faire lors des débats. Je pense à l’interdiction des élevages des animaux pour leur fourrure, à la disparition progressive d’ici 2028 des cages pour les poules pondeuses, à l’interdiction de l’abattage sans étourdissement ou encore à la stérilisation obligatoire des chats. J’y vois la preuve d’un effet qualitatif de la régionalisation, mais il reste encore du travail. C’est la raison pour laquelle nous avons tenu à faire part à la nouvelle ministre Céline Tellier (Ecolo) de nos priorités pour la présente législature. Un sondage, réalisé à notre demande, démontre que les Wallons sont fortement attachés à la question. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct