Yves Zurstrassen Le chant de l’homme libre

18.08.08 - Fond rouge, 2018.
18.08.08 - Fond rouge, 2018. - D.R.

En quatre lettres à peine, le titre de l’exposition d’Yves Zurstrassen à Bozar sonne comme un manifeste : Free. Libre. Libre comme cet artiste qui depuis une quarantaine d’années n’en finit pas d’explorer la peinture et ses infinies possibilités.

Libre comme ce parcours qui démarre avec les dernières œuvres du peintre pour remonter le temps au fil de ses dix dernières années de création. Libre encore comme ces Matisse, Picasso, Oehlen, Soulages, Pollock, Mondrian, Malevitch qui, chacun à leur manière, absorbèrent les règles de la peinture pour mieux les défier, les transcender et inventer leur propre univers. Libre enfin comme ce jazz qui nourrit et inspire l’artiste depuis toujours à travers les centaines de disques de John Coltrane, Albert Ayler, Archie Shepp, Ornette Coleman, Charlie Mingus et tant d’autres qu’il range soigneusement dans son atelier et écoute en travaillant, selon l’humeur du jour.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct