Europalia Roumanie: Brancusi, pur et dur

Muse endormie, 1910.
Muse endormie, 1910. - Centre Pompidou

Quitter Rodin, déjà, c’était culotté. « On ne pousse pas à l’ombre des grands arbres », lâche-t-il en s’éloignant du maître. Dire ensuite que « chaque sculpture est une forme en mouvement », pour l’époque, c’est franchement intrépide. « Même si ce désir d’exprimer la vie et le mouvement était aussi quelque chose que recherchaient ses contemporains, ses réponses à lui sont uniques », explique Dirk Vermaelen, directeur artistique d’Europalia.

Constantin Brancusi (1876-1957), dont la dernière rétrospective datait de 1995 à Pompidou, est le deuxième sculpteur le plus cher sur le marché de l’art après Giacometti. « Parce qu’il est un pionnier pour le modernisme. Parce qu’il a réalisé, pour la sculpture, ce qui s’était passé en peinture quelques décennies auparavant. Parce qu’il a tout changé. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct