Congé de maternité: «Ce n’était pas un choix de m’arrêter avant mon accouchement»

Congé de maternité: «Ce n’était pas un choix de m’arrêter avant mon accouchement»
BSIP.

Au bout du fil, des gazouillements en arrière-fond. La petite dernière d’Audrey Lucas, enseignante, a dix semaines. Théoriquement, son congé de maternité se terminait… ce mercredi. Car Audrey, comme beaucoup d’autres mamans, a été arrêtée plusieurs semaines à la fin de sa grossesse. Or, une période d’incapacité de travail durant les six semaines qui précèdent l’accouchement est automatiquement convertie en congé de maternité. Des quatorze semaines du congé maternité, ne restent alors potentiellement, à partager avec son bébé, que neuf semaines à une jeune maman qui a été arrêtée plus tôt pour des contractions… ou qui s’est cassé la jambe.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct