L’UE face à la nouvelle offre britannique: Johnson peut-il parcourir le reste du chemin?

Beaucoup doutent des véritables intentions de Boris Johnson - ici, au congrès du parti conservateur, mercredi à Manchester.
Beaucoup doutent des véritables intentions de Boris Johnson - ici, au congrès du parti conservateur, mercredi à Manchester. - Photo News.

Au moins, on ne recule pas… De ce côté-ci de la Manche, les Européens ont bien pris acte de la proposition détaillée déposée par Boris Johnson, tout en observant aussitôt que le texte, en l’état, ne saurait constituer un nouvel accord de divorce à l’amiable : le dispositif ultra-compliqué (une « usine à gaz ») présenté par Londres est déjà jugé inopérant.

Boris Johnson et le président de la Commission européenne se sont parlé au téléphone après la publication de la proposition britannique. Jean-Claude Juncker identifie des « avancées positives ». La Commission relève tout autant une série de « points problématiques », « qui vont nécessiter de poursuivre les travaux dans les prochains jours » : une litote qui cache une litanie de problèmes pour trouver l’alternative au « backstop » irlandais (la police d’assurance pour éviter le retour d’une frontière dure entre les deux Irlande).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct