Patricia Vergauwen et Francis Van de Woestyne: «Tous les jours c’est le lendemain de la mort de Victor»

C’est dans la maison du drame que le couple nous reçoit. Francis
: «
Victor adorait cette maison, déménager ce serait le quitter.
» Patricia
: «
C’est comme sa chambre, son plumier, son journal de classe
: il me semble qu’il était là hier.
C’est dans la maison du drame que le couple nous reçoit. Francis : « Victor adorait cette maison, déménager ce serait le quitter. » Patricia : « C’est comme sa chambre, son plumier, son journal de classe : il me semble qu’il était là hier. - Dominique Duchesnes.

Filmé par Ernest, Victor a dû glisser du toit. Il meurt quasi instantanément sous les yeux de sa sœur et de son cousin. Le livre que ses parents lui consacrent aujourd’hui relève de l’œuvre littéraire et d’un geste généreux qui mettent l’intimité de leur douleur à la portée de tous. Sans filtres et avec d’incroyables mots, très beaux, pour partager l’indicible.

C’est vous, Patricia Vergauwen, qui dites très vite, alors que Victor vient de mourir : « Je vais écrire un livre ». D’où vous est venue cette certitude ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct