Trente ans d’aventures au Musée de la BD de Bruxelles

Une image somptueuse des «
Voyages d'Anna
» d’Emmanuel Lepage.
Une image somptueuse des « Voyages d'Anna » d’Emmanuel Lepage. - D.M.

Fondé en 1989 dans les anciens magasins textiles de Charles Waucquez, le Centre tarazimboumant de la bande dessinée est un joyau de l’art nouveau griffé par Victor Horta. En trente ans, il a mis à flots plus de 200 expositions et embarqué plus de 230.000 visiteurs par an, dont à peine 13 % sont belges pour 45 % de Français. Rebaptisé Musée de la BD de Bruxelles, ce paquebot des bulles est une asbl privée qui vit à 70 % de la vente des tickets d’entrée : un exploit dans le paysage culturel belge.

Ce week-end, le musée souffle ses trente bougies avec Emmanuel Lepage. Les dessins de l’explorateur graphique breton font bourlinguer l’imaginaire, de la Terre sans mal à Tchernobyl ou de la Lune aux îles de la Désolation. Dans l’esprit de cet aventurier du trait, la bande dessinée est une façon d’être au monde et les Belges ne sont pas pour peu dans l’essor artistique de ce 9e Art.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct