Daraya Une baie vitrée sur la Syrie

<span>Daraya</span> Une baie vitrée sur la Syrie

Non, l’ado n’est pas un monolithe obtus. Oui, on peut l’intéresser autrement qu’avec des spectacles tapageurs et apocalyptiques. Oui, on peut lui parler sur un autre mode que le hip-hop, en s’aventurant sur d’autres terrains que le jeu vidéo, la drogue ou les réseaux sociaux. Non seulement, on peut mais on doit ! Pourquoi le cantonner à sa réalité quand on peut l’emmener là où il n’aurait jamais pensé aller ? Pourquoi retranscrire ce qu’il vit tous les jours quand la scène peut lui offrir une fenêtre sur des horizons insoupçonnés ?

Dans Daraya (dès 15 ans), ce n’est pas une fenêtre mais une baie vitrée qu’ouvre Philippe Léonard, avec vue imprenable sur la Syrie. Pas celle rabâchée par les infos en continu, mais une Syrie charnelle et inattendue.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct