Assises de Liège: décrit comme un prédateur psychopathe, l’accusé serait impuissant

En lisant son acte d’accusation, Christine Cayet a rappelé les faits, sordides
: un «
paquet
» jeté par le conducteur d’une camionnette.
En lisant son acte d’accusation, Christine Cayet a rappelé les faits, sordides : un « paquet » jeté par le conducteur d’une camionnette. - Belga.

On peut dire que Stefan Asenov, Bulgare de 35 ans comparaissant à la cour d’assises de Liège pour l’assassinat d’une prostituée quinquagénaire, n’a pas fait la meilleure des impressions à l’entame de son procès, ce lundi. Christine Cayet, au ministère public, a annoncé que l’épouse de l’accusé, ainsi que toute la famille de celle-ci, ne souhaitaient pas venir témoigner, par peur de représailles. Lors d’une très récente visite au parloir, Stefan Asenov aurait dit à sa moitié qu’il avait appris qu’il ne « prendrait pas cher » aux assises, et que s’il avait su ça avant, il l’aurait tuée elle aussi. Il reprocherait à son épouse ses déclarations, lors de l’enquête de moralité, au sujet de faits de coups dont elle aurait été régulièrement victime : « chez nous, on règle ce genre de problèmes entre époux, et on n’en parle pas ailleurs », a-t-il déclaré à ce sujet.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct