«Le chant des ruines» de Michèle Noiret: fenêtre sur un sombre futur

Réinventant son univers, Michèle Noiret poursuit cependant son mariage entre danse et cinéma de manière particulièrement pertinente.
Réinventant son univers, Michèle Noiret poursuit cependant son mariage entre danse et cinéma de manière particulièrement pertinente. - Sergine Laloux.

Critique

Pour l’ouverture de la Biennale, Michèle Noiret présentait sa nouvelle création, Le chant des ruines. Un spectacle étonnant où elle réinvente son univers scénographique avec une série d’éléments en carton imaginés avec Wim Vermeylen mais aussi une partie de son vocabulaire chorégraphique, porté par cinq superbes danseurs (Alexandre Bachelard, Harris Gkekas, Liza Penkova, Sara Tan et Denis Terrasse).

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct