Nethys: que de temps perdu

Nethys: que de temps perdu

Il faut que tout change pour que rien ne change », c’est par cette fameuse phrase du « Guépard » de Luchino Visconti que nous concluions en octobre 2017 un éditorial consacré à la désignation très longtemps attendue du nouveau conseil d’administration de Nethys. Nous poursuivions : « Ceux qui souhaiteraient que rien ne change, à Liège ou ailleurs, feraient preuve d’une irresponsabilité folle car ils signeraient l’arrêt de mort de leur précieux bébé. » Nous précisions aussi que nommer des administrateurs experts du monde industriel et financier n’était que le premier étage d’une fusée qui en comptait trois autres : l’élaboration d’un plan industriel, la réforme fondamentale de la gouvernance et pour terminer – ou surtout commencer – gérer le quatrième étage, le plus sulfureux car occupé par Stéphane Moreau.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct