Premiers accrochages politiques sur les projets routiers enterrés

Le ministre Henry est ouvert à la discussion, mais il ne compte pas renoncer au «
stop routier
» pour des contingences locales.
Le ministre Henry est ouvert à la discussion, mais il ne compte pas renoncer au « stop routier » pour des contingences locales. - Dominique Duchesnes.

Il fallait s’y attendre : en faisant part dans la Déclaration de politique régionale de se décision de « ne pas réaliser de nouvelles voiries et d’extensions de voirie », le gouvernement wallon a piqué la curiosité des élus locaux avant de susciter les interrogations et parfois la colère dans les secteurs où des investissements routiers étaient pressentis ou annoncés. On peut l’affirmer ici : ce dossier provoque les premières frictions au sein de la majorité PS-MR-Ecolo. En témoignent la douzaine de questions posées ce lundi à Philippe Henry (Ecolo), ministre des Travaux publics, en commission du parlement : bon nombre d’entre elles étaient portées par des élus de la majorité.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct