Virer le management de Nethys: un véritable sac de nœuds

Elio Di Rupo et Pierre-Yves Dermagne, annonçant que le gouvernement wallon cassait les ventes des filiales de Nethys.
Elio Di Rupo et Pierre-Yves Dermagne, annonçant que le gouvernement wallon cassait les ventes des filiales de Nethys. - Belga.

Dimanche, c’était le jour des grandes annonces. Le gouvernement wallon (via Pierre-Yves Dermagne, ministre qui exerce la tutelle sur les intercommunales) a fait savoir qu’il annulait avec fracas les ventes en catimini de VOO, Win et Elicio, trois filiales de la société liégeoise Nethys. Dans la foulée, les administrateurs PS d’Enodia, la maison mère de Nethys, ont réclamé le scalp de tous les administrateurs et dirigeants de leur filiale. Dont l’emblématique Stéphane Moreau, administrateur délégué. Ce qui a entraîné, en soirée, la démission de tout le conseil d’administration. Ou plutôt l’annonce de leur démission, car ils restent en place jusqu’à ce qu’on leur trouve des remplaçants…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct