Climat: les marchands de doute se font plus pernicieux

L’Exxon Valdez en 1989 entouré de rampes de confinement du pétrole après son échouage.
L’Exxon Valdez en 1989 entouré de rampes de confinement du pétrole après son échouage. - REUTERS.

Ceux qui ne connaissaient pas la société pétrolière Exxon, aujourd’hui ExxonMobil, ont appris son existence en mars 1989 lorsqu’un de ses pétroliers, l’Exxon Valdez, s’est échoué en Alaska, noircissant 800 kilomètres de côtes, engluant des dizaines de milliers d’animaux marins dans 7.000 kilomètres carrés de nappes fatales. Pour cette multinationale du pétrole, c’était une image noire, indélébile, que beaucoup d’entre nous gardent en mémoire.

CBL

Depuis quelques semaines, ExxonMobil est de retour en fanfare pour nous présenter une image immaculée trente ans après, au travers d’une campagne publicitaire extrêmement contestable, que l’on voit sur les panneaux publicitaires, en ville, mais aussi dans les journaux. Il n’était pas innocent de découvrir cette publicité sur une pleine page du Soir, par exemple, le jour même du sommet mondial sur le climat, le 23 septembre. Elle est réapparue ce 7 octobre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct