L’Etat italien perd un combat contre la mafia

Près de 1.000 détenus sont incarcérés au titre de l’article 4bis de la loi antimafia.
Près de 1.000 détenus sont incarcérés au titre de l’article 4bis de la loi antimafia. - Image d’illustration / Belga.

La grande chambre de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a donné définitivement raison, mardi, à un mafioso contre l’Etat italien. Le pays devra revoir une mesure phare de son arsenal législatif antimafia : l’ergastolo estativa, la réclusion à perpétuité et ses mesures de sûreté afférentes.

Marcello Viola fait (faisait ?) partie d’un clan mafieux du cœur de la Calabre, installé à Taurianova. Il est condamné plusieurs fois dès les années 1990. Et pas en tant que simple soldat ! Mais bien en tant que chef d’un clan responsable de plusieurs meurtres.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct