Les cicatrices du changement climatique sur le toit de l’Europe

Les cicatrices du changement climatique sur le toit de l’Europe
Reuters

La route serpente le long d’une rivière formée par trois glaciers et parcourt les versants du Mont-Blanc, frontière naturelle où la Suisse, l’Italie et la France convergent à 4.000 mètres d’altitude. Le tronçon couvre 700 mètres, mais la nature et les calculs mathématiques des géologues n’accordent pas plus de 58 secondes pour atteindre l’autre côté du point de contrôle. « Ne vous arrêtez pas », prévient l’un des gardes qui surveille une extrémité de la voie d’accès depuis que le conseil municipal a décidé cet été de barrer la route.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct