Les Iraniennes au stade: une petite victoire au goût amer

Les Iraniennes veulent pouvoir elles aussi faire la fête au football.
Les Iraniennes veulent pouvoir elles aussi faire la fête au football. - EPA.

Humeur

Ce jeudi soir, pour la première fois depuis près de 40 ans, 3.500 Iraniennes pourront assister à un match de football dans le stade Azadi ( « Liberté » en persan) de Téhéran. Fait extraordinaire en Iran, elles ont été autorisées à acheter leur billet pour ce match de qualification pour le Mondial 2022 qui opposait l’Iran au Cambodge.

Mais la joie de ces supportrices a un goût amer : personne n’a oublié l’immolation par le feu mi-septembre de la « fille en bleu », Sahar Khodayari, 29 ans, fan du club Estegahl au blason azur. La jeune femme n’avait pas supporté d’être poursuivie par la justice pour avoir tenté de pénétrer dans ce même stade déguisée en homme : elle risquait 6 mois de prison.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct