Brexit: il n’y aura pas d’accord à temps, mais chut!

Michel Barnier s’est adressé au Parlement européen, ce mercredi à Bruxelles.
Michel Barnier s’est adressé au Parlement européen, ce mercredi à Bruxelles. - Reuters.

Moins cela avance, plus la tension monte. Et c’est peu dire que, depuis que Downing Street a confié mardi à des journalistes britanniques sa version d’une conversation que Boris Johnson a eue le même jour avec la chancelière Angela Merkel – elle aurait dit au Premier ministre que l’Irlande du Nord était condamnée à rester « pour toujours dans l’union douanière européenne » –, les dirigeants européens se succèdent en manifestant leur colère. « Nous n’acceptons pas ce jeu du blâme qui a démarré à Londres, a lancé mercredi après-midi Jean-Claude Juncker, intervenant en session plénière du Parlement européen à Bruxelles. Ce n’est pas nous qui sommes à blâmer ! » Ce qui n’a pas empêché le président de la Commission européenne de « ne pas exclure un deal, personnellement ».

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct