Quand les nostalgiques fleurissent pour la dernière fois le tombeau de Franco

Quand les nostalgiques fleurissent pour la dernière fois le tombeau de Franco
Reuters

Une grande femme blonde court en direction de la cabine à l’entrée du Valle de los Caídos : « Vous gaspillez votre argent ! » Elle signale une caravane de voitures qui s’est formée devant les portes, à six kilomètres du monument. Une caméra de télévision filme l’extérieur de l’enceinte et montre l’homme qui se penche aux fenêtres des véhicules pour faire payer les entrées (9 euros pour la visite ordinaire, sans réduction) : « Vous là-bas ! Ici, on travaille, alors ne me filmez pas », crie-t-il. Des gardes civils sont postés de part et d’autre. Soudain, sur l’esplanade offrant une vue spectaculaire sur le Guadarrama, s’élève la voix d’un homme chargé de billets de loterie : « Looooterie de Noël ». Puis, sortant la tête d’une fenêtre et s’adressant à la caméra, le receveur enchérit : « N’enregistrez pas, je vous ai dit de ne pas me filmer ! »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct