Carte blanche: les oubliés du Forem sont au CPAS

A Tournai - ici, le bâtiment du CPAS -, 6,1 à 8
% de la population bénéficient d’un RIS ou d’une aide financière équivalente.
A Tournai - ici, le bâtiment du CPAS -, 6,1 à 8 % de la population bénéficient d’un RIS ou d’une aide financière équivalente. - Sudpresse

En lisant la presse du 1er octobre, mon attention a été attirée par la dernière publication du Forem relative aux derniers chiffres du chômage. En soi, la nouvelle me réjouit : le chômage poursuit son recul en Wallonie. Le taux de la demande d’emploi est désormais de 13,2 % contre 13,7 % en septembre 2018 et 13,9 % en septembre 2017.

Même si ces chiffres sont encore trop élevés, je suis heureuse que les gens retrouvent/trouvent le chemin du travail. C’est une bonne chose pour eux et leurs familles.

Néanmoins, ces chiffres cachent la réalité d’un certain nombre de demandeurs d’emploi qui perdent leurs allocations de chômage et sont, dès lors, contraints de demander le revenu d’intégration sociale (RIS) auprès des CPAS.

On assiste clairement à un glissement de la Sécurité sociale vers les entités fédérées et les Communes. Les CPAS sont sous pression ! Les chiffres explosent depuis 2015.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct