Offensive en Syrie: de nombreux risques pour le président Erdogan

De l’autre côté de la frontière turque, en Syrie, après un tir de mortier dans la ville de Tal Abyad.
De l’autre côté de la frontière turque, en Syrie, après un tir de mortier dans la ville de Tal Abyad. - AFP

Source de paix » : c’est le nom de l’opération que mène actuellement l’armée turque contre les forces kurdes dans le Nord-Est de la Syrie. Recep Tayyip Erdogan est donc parti en guerre en brandissant des mots qui inspirent la quiétude. Toutefois cette offensive pourrait surtout devenir une source d’ennuis pour le président turc, tant l’aventure s’annonce risquée et les inconnues, innombrables. En 16 années de pouvoir, Recep Tayyip Erdogan n’a certes jamais fait montre d’une aversion au risque. Cela ne l’immunise en rien contre les dangers potentiels – pour lui-même et pour son pays – de cette nouvelle campagne syrienne.

Ils sont de plusieurs ordres et dépendent, pour la plupart, de l’ampleur et de la durée de l’offensive en cours. Le problème, justement, est que personne ne sait jusqu’où les soldats turcs et leurs supplétifs syriens ont l’intention de pénétrer en territoire syrien.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct