Allah-Las: From California with love

Le soleil a parfois un petit quelque chose de trompeur.  Voilà près de sept ans maintenant  que les quatre Allah-Las s’attachent  à le démontrer…
Le soleil a parfois un petit quelque chose de trompeur. Voilà près de sept ans maintenant que les quatre Allah-Las s’attachent à le démontrer… - Tony Accosta.

Comme l’assuraient en leur temps 2Pac et Dr. Dre dans « California love » : « The state where you never find a dance floor empty. » Quand on dit Californie, on pense bien sûr aussi soleil et guitares, surf et donc surf rock ou pop, Dick Dale et Beach Boys… Ces Sixties dont les quatre Allah-Las sont pour d’aucuns les descendants. Des nostalgiques, que ces mecs de Los Angeles, faisant la fête « comme si on était en 1969 à Laurel Canyon » , le quartier de L.A. devenu alors épicentre de la contre-culture, fréquenté par Jim Morrison et les Byrds, Neil Young et Brian Wilson, chanté par Joni Mitchell et Graham Nash.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct