Emma Meesseman sur le toit du monde en WNBA

©AFP
©AFP

Je ne suis pas la pièce du puzzle qui manquait : je ne suis qu’une joueuse qui a aidé son équipe à gagner le championnat. » Emma Meesseman, absente l’année passée lors de l’échec de sa franchise en finale, parce qu’elle emmenait l’équipe nationale à la Coupe du monde, ne changera jamais : la Yproise a l’humilité qui lui coule dans les veines. Et ce n’est pas le trophée de « MVP » de la finale WNBA, la NBA au féminin, qui va lui monter à la tête. Pourtant, son empreinte sur le titre, le premier remporté par Washington, 3 manches à 2 dans la nuit de jeudi à vendredi à l’ombre du Capitole, est indélébile. « Emma a fait la différence dans cette série », affirme son équipière Elena Delle Donne, la véritable star de la franchise et la « MVP » d’une saison régulière que les Mystics avaient déjà dominée.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct