Bruxelles affûte ses armes pour lutter contre les Airbnb illégaux

Actuellement, convertir entièrement un immeuble de logement en cellules Airbnb est une infraction aux règlements urbanistiques communaux. La Ville entend sévir.
Actuellement, convertir entièrement un immeuble de logement en cellules Airbnb est une infraction aux règlements urbanistiques communaux. La Ville entend sévir. - AFP

Certes, Bruxelles n’est pas Londres ou Paris. Pourtant, comme ces pôles touristiques majeurs, notre capitale commence à ressentir sérieusement la pression du secteur de l’hébergement touristique de courte durée sur son marché du logement. Et en la matière, c’est surtout la Ville de Bruxelles qui trinque. En effet, « on compte à peu près 2.200 appartements loués sur Airbnb sur le territoire de notre commune, dont 1.600 qui concernent des biens entiers », s’alarme Ans Persoons (change.brussels-SP.A), échevine de l’Urbanisme. En bref, la Ville doit accueillir dans ses frontières une part considérable des locations Airbnb recensées sur le territoire régional, un chiffre qui s’élève actuellement à 7.400 unités, selon l’échevine (7.040, selon le site de monitoring AirDNA). Et cela commence de plus en plus à se voir. A en croire la socialiste, certaines rues du centre-ville se sont complètement vidées au cours des dernières années.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct