La Mutualité chrétienne: «Il faut arrêter le remboursement des médicaments anti-Alzheimer»

Parmi les personnes atteintes de démence, près d’une sur cinq s’est vue prescrire, en 2018, des médicaments réputés lutter contre l’évolution de la maladie d’Alzheimer.
Parmi les personnes atteintes de démence, près d’une sur cinq s’est vue prescrire, en 2018, des médicaments réputés lutter contre l’évolution de la maladie d’Alzheimer. - MAXPPP.

Prescrit-on inutilement des médicaments dans le cadre de la maladie d’Alzheimer ? C’est la question que se pose la Mutualité chrétienne après une étude réalisée auprès d’environ 104.000 membres concernés.

Parmi les personnes atteintes de démence, près d’une sur cinq s’est vue prescrire, en 2018, des médicaments réputés lutter contre l’évolution de la maladie d’Alzheimer. « Ceci alors que leur utilité n’est pas démontrée et que leurs effets indésirables sont conséquents », assure Jean Hermesse, secrétaire général de la Mutualité chrétienne. « Chaque année, l’assurance obligatoire débourse près de 5 millions d’euros et les patients 1 million pour ces médicaments. Nous proposons dès lors de mettre partiellement fin à ce remboursement et que la somme économisée soit consacrée à l’accompagnement des personnes atteintes de démence ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct