Affaire Xavier Dupont de Ligonnès: les leçons médiatiques d’une méprise

Toute la journée de samedi, les médias ont fait le pied de gue devant le siège de la police de Glasgow, en Ecosse. C’est elle qui avait lancé l’information de l’arrestation de XDDL vendredi soir.
Toute la journée de samedi, les médias ont fait le pied de gue devant le siège de la police de Glasgow, en Ecosse. C’est elle qui avait lancé l’information de l’arrestation de XDDL vendredi soir. - AFP.

Excuses », a titré dimanche le journal Le Parisien, dont le site avait révélé vendredi ce que tout le monde avait cru être un scoop retentissant. « Une erreur », a confessé le Journal du dimanche. « Mea culpa », a consenti le Huffington Post. Au lendemain de la méprise dans l’affaire Dupont de Ligonnès, plusieurs médias français ont fait profil bas. Les uns demandant pardon à leurs lecteurs, les autres, au pauvre retraité des Yvelines qui, pendant seize heures, de vendredi soir à samedi midi, a été arrêté et pris à tort pour l’homme le plus recherché de France, soupçonné d’avoir abattu toute sa famille en 2011 à Nantes avant de disparaître sans laisser la moindre trace.

Les rédactions, y compris celle du Soir, ont fait ce week-end l’autopsie d’un emballement, en livrant le « making off » de la soirée où tout le monde a cru que l’un des plus épais mystères judiciaires français avait enfin été résolu.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct