Enquête sur les violences policières à l’encontre d’Extinction Rebellion

L’universitaire Olivier  de Schutter, quelques secondes à peine avant d’être gazé en plein visage alors  qu’il s’adressait  pacifiquement  à la police.
L’universitaire Olivier de Schutter, quelques secondes à peine avant d’être gazé en plein visage alors qu’il s’adressait pacifiquement à la police. - D.R.

Une enquête a été ouverte au sein de la police de Bruxelles à propos des méthodes utilisées par les forces de l’ordre pour faire évacuer la place royale que les sympathisants du collectif Extinction Rebellion ne prétendaient pas quitter, samedi en fin de journée. Alors que la manifestation d’un millier de personnes se déroulait sans violence, dans une ambiance plutôt bon enfant, la police a donné vers 17 h 25 l’ordre d’évacuer et, devant le refus des manifestants, a fait entrer en action une autopompe, sortant boucliers antiémeutes et chiens, et utilisant matraques et gaz au poivre contre certaines personnes.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct