Carte blanche «Catalogne: l’Europe, c’est maintenant à vous de jouer»

Le gouvernement catalan
Le gouvernement catalan

Cent ans d’emprisonnement. C’est le verdict final rendu par la Cour suprême espagnole dans le procès des anciens membres du gouvernement catalan, du président du Parlement catalan et de deux dirigeants locaux. Cent ans pour avoir organisé un référendum, ce qui n’est d’ailleurs pas illégal en Espagne selon la Constitution espagnole et qui a été explicitement rayé du Code pénal espagnol en 2007. Cent ans pour avoir exercé leurs droits de façon civique, pacifique et démocratique. Cent ans pour avoir laissé les gens voter, pour avoir mené un débat au Parlement et pour avoir défendu des idées. Ces personnes, chers collègues et amis, ont été jugées et condamnées à cause de leurs opinions politiques au XXIe siècle, en plein cœur de l’Union européenne, une union fondée sur les libertés et les droits fondamentaux. De toute évidence, cela soulève de graves différends sur la nature même de la démocratie en Europe.

Une erreur historique

L’issue du procès, condamnant neuf innocents, est une erreur historique de la part de l’Espagne. Une erreur qui n’améliore en rien la situation, une erreur qui ne fait que l’aggraver. Le Gouvernement de la Catalogne et la société catalane ont toujours recherché une solution démocratique à ce problème politique entre la Catalogne et l’Espagne. La tentative de l’administration espagnole de résoudre la crise par le biais de tribunaux et de cellules pénitentiaires n’apportera jamais de réponse à ce problème. Envoyer des opposants politiques en prison pendant un total de cent ans n’est pas une solution.

Le dialogue est la seule issue. C’est ce à quoi nous travaillons depuis le début et c’est ce que les parlements et les acteurs internationaux de l’Europe ont demandé au cours de ces dernières années.

Contrairement au Gouvernement de la Catalogne, Pedro Sánchez [Premier ministre espagnol] n’a jamais tenté de sortir de cette impasse par le dialogue. Cela est devenu encore plus évident avec les peines que le procureur général et le bureau de l’Avocat général de l’État, deux personnalités liées au gouvernement espagnol, ont réclamées dès le début du procès, en février. Certains pensaient que Sánchez désamorcerait le conflit, mais nous nous sommes malheureusement rendu compte qu’il n’avait ni la volonté ni la capacité de faire progresser la situation.

Judiciarisation

Ce procès et cette condamnation contre la démocratie ont mis encore plus à mal l’espoir de trouver une solution au sein du Royaume d’Espagne. La judiciarisation de la question transfère inévitablement ce conflit vers l’Europe, ses institutions et ses tribunaux internationaux. À cet égard, il est essentiel que la communauté internationale joue un rôle actif dans la résolution du conflit entre la Catalogne et l’Espagne. De fait, les suites du procès prouvent qu’il ne s’agit plus d’une affaire interne de l’Espagne ; c’est une crise européenne et mondiale. Soit le monde intervient, soit le conflit s’agrandit et génère davantage de problèmes pour ceux qui souhaitent clairement l’éviter.

Le Gouvernement de la Catalogne pense qu’une solution existe, non pas par la force ni par les tribunaux, mais par la négociation et le vote. Cela est faisable et nous continuerons à poursuivre cet objectif, car c’est la seule issue possible. Nous appelons la communauté internationale à prendre la parole et à réclamer une fois pour toutes des outils servant la démocratie et la négociation. Les droits fondamentaux sont en jeu en Europe et les démocrates européens ne peuvent rester silencieux. Il n’est plus possible, au regard de ces sentences, de se taire.

Ces neuf personnes innocentes n’ont rien à faire en prison. Criminaliser le vote n’est jamais la solution, mais plutôt le contraire. Les citoyens de Catalogne devraient pouvoir décider de leur avenir en votant sans craindre la répression. La démocratie doit prévaloir. Le bien-être des générations futures en dépend, et pas seulement en Catalogne ou en Espagne. L’Europe, c’est maintenant à vous de jouer.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct