Le «deepfake», futur cauchemar des politiciens

Un scène du «
deepfake
» révélé par le New York Times.
Un scène du « deepfake » révélé par le New York Times. - NYT.

La scène se déroule la semaine dernière au Trump National Doral Miami, la station balnéaire mégalo-chic du locataire de la Maison Blanche. Durant 3 jours, des militants se sont rassemblés pour chauffer la colle en ce début de campagne électorale. Gonflés à bloc par la procédure de destitution du président, qu’il qualifie lui-même de « complot » et de « connerie », les partisans regroupés sous la bannière « American Priority » attendent les allocutions de quelques pointures républicaines proches de Trump : son fils, Donald Trump JR, son ancienne porte-parole (Sarah Huckabee Sanders) ou le gouverneur de Floride (Ron DeSantis). Au programme, aussi, quelques projections de vidéos de campagne, histoire de détendre l’atmosphère.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct