Le «deepfake», futur cauchemar des politiciens

Un scène du «
deepfake
» révélé par le New York Times.
Un scène du « deepfake » révélé par le New York Times. - NYT.

La scène se déroule la semaine dernière au Trump National Doral Miami, la station balnéaire mégalo-chic du locataire de la Maison Blanche. Durant 3 jours, des militants se sont rassemblés pour chauffer la colle en ce début de campagne électorale. Gonflés à bloc par la procédure de destitution du président, qu’il qualifie lui-même de « complot » et de « connerie », les partisans regroupés sous la bannière « American Priority » attendent les allocutions de quelques pointures républicaines proches de Trump : son fils, Donald Trump JR, son ancienne porte-parole (Sarah Huckabee Sanders) ou le gouverneur de Floride (Ron DeSantis). Au programme, aussi, quelques projections de vidéos de campagne, histoire de détendre l’atmosphère.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct