Quand Trump provoque le triomphe d’Assad, de Poutine et d’Erdogan

Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur «
Commander in chief
». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent.
Les forces spéciales américaines ont quitté leurs alliés kurdes du Nord de la Syrie après la décision de leur « Commander in chief ». Une décision que beaucoup d’entre eux déplorent. - AFP

Analyse

Ainsi, une seule conversation téléphonique avec Recep Tayyip Erdogan le 6 octobre aura donc suffi à Donald Trump pour bouleverser toute la donne en Syrie et sans doute même au-delà. Le feu vert que l’Américain avait alors donné au Turc à propos de l’opération militaire que ce dernier voulait lancer dans le Nord de la Syrie contre les Kurdes a en effet entraîné une série de conséquences néfastes qui étaient parfaitement prévisibles pour tout responsable politique tant soit peu compétent.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct