L’offensive turque pourrait forcer la Belgique à revoir sa politique de (non)rapatriement des djihadistes

Le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw a assuré qu’il était prêt «
à enclencher des procédures
» pour que les combattants belges, actuellement détenus en Syrie, comparaissent devant une juridiction belge.
Le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw a assuré qu’il était prêt « à enclencher des procédures » pour que les combattants belges, actuellement détenus en Syrie, comparaissent devant une juridiction belge. - AFP

Lundi, après que 800 proches de combattants étrangers ont pris la fuite d’un camp de déplacés, le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw a confirmé que « la situation n’était pas très claire » et même « hors de contrôle  ». Se ralliant à l’avis du patron de l’OCAM, favorable au rapatriement, le procureur fédéral a assuré qu’il était prêt « à enclencher des procédures » pour que les combattants belges, actuellement détenus en Syrie, comparaissent devant une juridiction belge.

Oui mais voilà, l’incarcération à domicile n’est pas vraiment la piste que privilégie le gouvernement en affaires courantes : Didier Reynders poursuit en effet les négociations en vue de créer un tribunal international compétent pour juger les terroristes de Daesh sur le sol irakien.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct