Roubaix, une lumière La fiction en miroir possible du réel

<span>Roubaix, une lumière</span> La fiction en miroir possible du réel

Roubaix, une nuit de Noël. Le commissaire Daoud sillonne la ville qui l’a vu grandir. Voitures brûlées, altercations… Au commissariat vient d’arriver Louis Coterelle, fraîchement diplômé. Daoud et Louis vont faire face au meurtre d’une vieille dame. Deux jeunes femmes sont interrogées, Claude et Marie. Démunies, alcooliques, amoureuses.

Ambiance de polar et de misère sociale. Ça commence comme un docu. Les flics sont des flics mais quand les voitures flambent dans la nuit, cela prend une dimension romanesque inattendue. Arnaud Desplechin filme dans le jus d’un Roubaix paupérisé (c’est une des villes les plus pauvres de France) tout en préservant l’esthétique du cadre, s’égarant volontairement en créant des moments hors du réel.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct