Les libertés ont plus que jamais besoin d’un festival

Abd Al Malik tel qu’on l’avait vu en 2015 sur la scène de la Madeleine.
Abd Al Malik tel qu’on l’avait vu en 2015 sur la scène de la Madeleine. - MATHIEU GOLINVAUX.

Thiéfaine, dEus, Odezenne, Kate Tempest, Alpha Blondy… l’affiche musicale du Festival des Libertés vaudrait à elle seule le déplacement. Mais cette manifestation sortant de l’ordinaire a bien d’autres atouts qui font courir un public toujours plus nombreux et concerné. Ici, en effet, la musique, le théâtre ou le cinéma n’ont pas pour seule vocation de distraire ou d’amuser. Tous ceux qui participent au festival y viennent d’abord pour les idées que celui-ci défend, pour les questions qu’il pose, pour les débats qu’il organise.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct