Comment l’endoctrinement salafi touche les femmes

Pour Florence Bergeaud-Blackler, «
Avant l’invention du marché des produits islamiques, tout ce qui n’était pas interdit (haram) était permis (halal). Cela s’est inversé, à présent ce qui n’est pas « halal » est interdit.
»
Pour Florence Bergeaud-Blackler, « Avant l’invention du marché des produits islamiques, tout ce qui n’était pas interdit (haram) était permis (halal). Cela s’est inversé, à présent ce qui n’est pas « halal » est interdit. » - AFP.

Le voleur, on doit lui couper les mains… Je trouve ça bof…

– Si tu as un doute, c’est Shaytan (satan, NDLR.) [qui t’influence]… ça ne devrait pas te mettre dans cet état, car c’est une loi divine. Il n’y a pas plus tendre, plus miséricordieux qu’Allah envers son serviteur ! Si on connaissait la religion, personne ne volerait parce que tu sais qu’on va te couper la main… […]

– Mais y a d’autres punitions…

– Dans le Coran, il y a des conditions, il faut des témoins, trois, et pour trouver, c’est pas évident. Allah, il est pas dupe, il va pas nous nuire. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct