Carte blanche: l’Espagne, comme toute démocratie, doit avoir le droit de se défendre

Les manifestants ont envahi les routes de Catalogne depuis le verdict de la justice espagnole contre les leaders indépendantistes.
Les manifestants ont envahi les routes de Catalogne depuis le verdict de la justice espagnole contre les leaders indépendantistes. - EPA.

Juan Claudio de Ramón.
Juan Claudio de Ramón. - D.R.

L’une des expériences les plus amères pour un citoyen espagnol ces dernières années a été de voir comment la réputation démocratique de l’Espagne était remise en question lors de la crise provoquée par le nationalisme catalan en octobre 2017. Une crise qui est, par ailleurs, la plus inutile d’Occident, et dont les seules responsables sont certaines élites indépendantistes frivoles et vaniteuses qui ont fait semblant de croire, comme il est malheureusement courant dans ces temps de dialectique populiste, que sa volonté était Loi. Elles ont cru qu’elles pouvaient agir non seulement en dehors de l’ensemble de la citoyenneté espagnole, mais aussi en ignorant la moitié des citoyens catalans qui ne partagent pas leur projet de se séparer de l’Espagne.

Rappelons-nous, au bénéfice du lecteur belge, certains faits qui sont nécessaires pour se former une opinion sans idées préconçues. La Constitution de 1978 a fait de l’Espagne un Etat social et démocratique de Droit. Cette Constitution fut approuvée en référendum par un 90,5 % des Catalans en âge de voter qui se sont exprimés dans les urnes (avec une participation de 68 %, légèrement au-dessus de la moyenne espagnole). Deux des sept juristes qui ont rédigé cette Constitution étaient des Catalans. La Catalogne a voté lors de 50 différentes élections depuis 1975. Elle a envoyé plus de députés au Parlement espagnol que la région de Madrid. Il y a eu plus de 70 ministres catalans depuis 1918. En ce moment, les deux présidents des deux chambres parlementaires en Espagne – Congrès de députés et Sénat — sont catalans.

Sentiment de double identité

La Constitution a dessiné un Etat décentralisé, avec une large autonomie pour ces « régions et nationalités historiques ». Grâce à cela, la Catalogne bénéficie d’un très haut degré d’autonomie politique dans des domaines comme la santé et l’éducation. Avec le Pays basque, c’est la seule communauté autonome à avoir son propre corps de police. Tous les gouvernements espagnols, aussi bien de droite que de gauche, ont élargi, grâce au dialogue avec les partis catalans, le degré d’autonomie gouvernementale dans le cadre constitutionnel. Grâce à tout cela, la Catalogne est aujourd’hui l’une des régions le plus prospères de l’Europe. Deux exemples : l’Etat espagnol a soutenu et financé la candidature réussie de Barcelone pour célébrer les Jeux Olympiques ; et la Catalogne est aujourd’hui la seule communauté autonome qui voit ses quatre capitales de province faire partie du réseau de grande vitesse ferroviaire.

Tout au long de son histoire, un sentiment de double identité a prévalu en Catalogne : une identité catalane et espagnole à la fois. Le nationalisme catalan a toujours essayé de réduire les liens d’appartenance à l’Espagne à travers des campagnes de manipulation étouffantes, en utilisant aussi l’intimidation. Ces derniers temps, les deux fausses plaintes les plus mentionnées sont le supposé mauvais traitement de la langue ainsi que de l’économie catalane. Aucune des deux accusations n’est confirmée par les faits. L’Espagne est l’un des pays signataires de la Charte européenne des Langues régionales et minoritaires ; la Constitution défend et protège la langue catalane. Il n’y a jamais eu autant de catalanophones qu’aujourd’hui. En ce moment, dans l’école publique en Catalogne, le catalan est la seule langue de scolarisation. En ce qui concerne l’économie, ce n’est pas vrai que la Catalogne apporte une contribution anormale au fisc espagnol ni qu’elle souffre d’un déficit d’infrastructures. Malgré cela, l’indépendantisme catalan n’a pas hésité à utiliser des slogans démagogiques dans sa campagne, tels que « L’Espagne nous vole » ou « L’Espagne subventionnée vit grâce à la Catalogne productive ». Ils sont allés jusqu’à montrer des affiches avec des enfants en haillons, censés venir du sud de l’Espagne, en disant qu’ils vivent des impôts des classes moyennes en Catalogne.

Simulacre de référendum

L’histoire de la Catalogne en Espagne est l’histoire d’une réussite qui commence à tourner mal quand, sous la direction de Carles Puigdemont, elle déclenche une course illégale vers l’indépendance contre plus de la moitié de la société. Cette rupture se consomma les 6 et le 7 septembre 2017 quand, lors d’une session qui ne peut se qualifier que de coup parlementaire, l’indépendantisme, sans avoir la majorité de deux tiers nécessaire, a abrogé son propre Statut d’Autonomie de la Catalogne, en approuvant, en dépit de la Constitution, les lois de la nouvelle République.

La suite est connue par tous. La Cour constitutionnelle espagnole a suspendu ces lois. La raison de principe est simple : la souveraineté appartient à l’ensemble du peuple espagnol. Personne n’est propriétaire seulement d’une partie du pays, et personne ne peut fragmenter le bien commun pour enlever une partie de ce tout. Malgré cela, le gouvernement catalan a poursuivi sa course, en organisant, contre le mandat judiciaire, le simulacre de référendum du 1er octobre. Devant l’inaction de la Generalitat pour empêcher sa tenue, la police espagnole a été obligée d’agir sous le mandat d’un juge – et non du gouvernement — dans des circonstances très difficiles, pour assurer le respect de la loi. Cela a été une journée très difficile. Mais elle s’est achevée avec seulement trois personnes à l’hôpital. Le chiffre de presque 900 blessés qui a été mentionné est un pur produit de la propagande de la Generalitat. Beaucoup d’images qui circulent sur cette journée sont fausses.

Pas de prisonniers politiques

La décision judiciaire qui a été annoncée récemment est le résultat de ces événements. Dans sa tentative de s’attirer de la sympathie envers sa cause, le nationalisme catalan accorde aux condamnés la condition de prisonniers politiques. C’est faux. Aucun homme ou femme politique n’a été jugé pour ses idées. Tous les jours, les leaders indépendantistes s’expriment librement dans les médias. Même le président Torra, le successeur de Puigdemont, est l’auteur de dizaines d’articles xénophobes contre les Espagnols. Par contre, la condamnation judiciaire est due à la perpétration de délits qui sont codifiés dans la loi espagnole et qui existent, sous le même ou sous d’autres noms, dans la législation des plus grandes démocraties. Aucune organisation de défense des droits de l’homme (comme Amnesty International ou Human Rights Watch) ne considère que ces personnes sont des prisonniers politiques ou prisonniers de conscience.

Une démocratie qui a peur d’appliquer son Code pénal ne serait pas capable de survivre. L’Espagne est une démocratie dotée des instruments appropriés, légaux et de garantie des droits, pour assurer le respect de la loi, pour favoriser le dialogue dans la légalité, pour surmonter cette crise, et pour continuer à être, pour l’Europe et pour le monde, un exemple de société ouverte et inclusive, une société unie dans sa diversité.

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+

Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

1€ pour 1 mois
J'en profite
Je suis abonné et
je dispose d'un compte
Je me connecte
1€ Accès au Soir+
pendant 24h
Je me l'offre
Je suis abonné et
je souhaite bénéficier du Soir+
Je m'inscris
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct