La vision d’avenir de Boris Johnson ne fait pas bon ménage avec le modèle européen

A Berlin, Angela Merkel a mis en garde Boris Johnson contre les risques pour la Grande-Bretagne après le Brexit.
A Berlin, Angela Merkel a mis en garde Boris Johnson contre les risques pour la Grande-Bretagne après le Brexit. - Reuters

Les lambris des vestibules de la Chambre des lords et de la Chambre des communes, autrement dit le Parlement britannique érigé sur les ruines du Palais de Westminster, sont les témoins de toutes sortes de dénouements entre triomphes et infortunes. C’est ici que guerre et paix ont été scellées, des rois condamnés à la peine capitale, et des jalons posés pour des politiques conçues à l’échelle mondiale.

De nos jours, il s’agit de lancer ceux de l’avenir du royaume quand il aura quitté l’Union européenne. « Depuis 1973, le navire de notre Etat est au mouillage ; désormais, il pourra larguer les amarres et prendre le large pour la haute mer – et donc pour le vaste monde – au lieu de rester confiné dans la sphère de l’Europe », a récemment proclamé Jacob Rees-Mogg, député conservateur, à un cercle d’auditeurs choisis dans les salons privés du porte-parole du Parlement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct