L’ambition géopolitique de l’UE s’abîme dans les Balkans

Le président Macron s’est opposé mardi à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE avec la Macédoine du Nord et a bloqué le démarrage des pourparlers avec l’Albanie.
Le président Macron s’est opposé mardi à l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE avec la Macédoine du Nord et a bloqué le démarrage des pourparlers avec l’Albanie. - epa

Bien sûr, le sommet européen sera phagocyté par ce qu’un diplomate, plongé jusqu’au cou dans cette affaire, qualifie de questions « nombrilistes ». Les chicaneries sur le budget de l’Union européenne : 1,16 %, 1,114 % ou 1,03 % du PIB ? Ou encore ce surréaliste autant qu’inextricable « rétrécissement » de l’UE : le Brexit.

Pourtant, si l’on veut bien lever le nez sur le cadre plus large, l’Europe est brusquement confrontée à une déflagration majeure, à sa porte : l’offensive lancée unilatéralement en Syrie par celui que l’on pensait « l’allié » turc. Les conséquences de cette invasion sont imprévisibles mais offrent déjà un miroir du nouveau monde qui s’impose à nous, chaotique, fragmenté, où l’on voit le régime criminel de Damas relever la tête, Daesh reprendre le collier, la Russie revancharde de Poutine tirer les marrons du feu et les Etats-Unis de Trump s’enfoncer dans des divagations extraordinaires.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct