Syrie: le déshonneur et la guerre

Des combattant.e.s kurdes sur la tombe de camarades tués lors de la guerre contre Daesh, en octobre 2017 à Kobané
: un «
peuple sacrifié
» qui a déjà connu plus d’une trahison de ses «
alliés
»...
Des combattant.e.s kurdes sur la tombe de camarades tués lors de la guerre contre Daesh, en octobre 2017 à Kobané : un « peuple sacrifié » qui a déjà connu plus d’une trahison de ses « alliés »... - Reuters.

Comment Donald Trump a-t-il pu abandonner les Kurdes, alors que ceux-ci avaient été en première ligne lors des combats contre l’ennemi juré, le groupe Etat islamique ? La désapprobation et la surprise ont été quasi unanimes, jusqu’au sein du Parti républicain.

Et pourtant, dès le début de cette guerre, certains avaient mis en garde contre la fatalité d’une trahison de l’Occident. En septembre 2016, à l’époque du président Obama, Tim Arango publiait dans le New York Times un reportage au titre éloquent et prémonitoire : « Les Kurdes craignent que les Américains les trahissent de nouveau, en Syrie cette fois », écrivait-il.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct