Quand le handicap retisse les liens sociaux au sein d’un village

Les résidents cueillent les légumes, aident à porter les achats et retissent une vie sociale au sein du village.
Les résidents cueillent les légumes, aident à porter les achats et retissent une vie sociale au sein du village. - Avpress

Il y a 15 ans, Marie Delrue, infirmière de formation, décidait d’ouvrir une résidence pour personnes handicapées mentales à Stambruges. Aujourd’hui, avec son mari Christophe, président de l’ASBL Les Chanterelles, et sa fille Laurine, responsable des ressources humaines, elle gère quatre foyers où vit une septantaine de résidents.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct