En bordure de l’aéroport de Charleroi, le vicomte fait de la résistance

En bordure de l’aéroport de Charleroi, le vicomte fait de la résistance
Roger Milutin

Il faut rouler à peu près 300 mètres après avoir passé les grilles. Apparaît alors un château aux façades rosées qui n’a rien à envier à celui de Moulinsart. Devant, nous attend le vicomte, Louis le Hardÿ de Beaulieu, en pleine discussion avec les ouvriers chargés de réparer les perrons. Les présentations se font presque en élevant la voix, à cause du bruit assourdissant du voisinage. Le domaine est en effet situé en bord de piste de l’aéroport de Charleroi. Entre 6 h et 23 h, les décollages et les atterrissages ont lieu à intervalles réguliers. Une fois au centre du domaine, celui du Bois-Lombut, le contraste entre l’atmosphère paisible de la faune et la flore qui foisonnent et de l’activité industrielle qui pullule tout autour est saisissant.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct