lesoirimmo

Prières et exorcismes pour «guérir» l’homosexualité

En 2018, le film «
Boy Erased
», de Joel Edgerton
En 2018, le film « Boy Erased », de Joel Edgerton

Bonsoir, je m’appelle Guilem et je suis attiré par les personnes de même sexe. » Le groupe, chaleureux, accueille le nouveau venu. Dans une pièce de l’église Notre-Dame-des-Champs, boulevard Montparnasse à Paris, cette déclinaison des « alcooliques anonymes » a pour objectif de « restaurer l’identité sexuelle » des participants, selon le jargon utilisé. Comprenez : guérir les homosexuels. Guilem, étudiant en droit, est en réalité Jean-Loup Adénor, journaliste qui s’est infiltré durant plusieurs mois au sein de ces « thérapies de guérison » pour l’enquête qu’il a menée aux côtés de Timothée De Rauglaudre. Si ce qu’on appelle encore les « thérapies de conversion » sont connues aux Etats-Unis, ou en Amérique latine, les deux journalistes ont découvert qu’il existe bien des initiatives similaires en France.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct